A PARTIR DU 23 MAI

 

L'exposition de Jorge Pardo est visible jusqu'à l'édition 2016.

 

Ouvert tous les jours de 10h à 18h.

Nocturnes les mercredis jusqu'à 21h.

Nocturnes pendant le festival les 23 - 24 et les 30 - 31 mai jusqu'à minuit.

 

21, rue de Metz

31000 Toulouse

Tél. 05 61 22 21 82

www.augustins.org

 

Métro Esquirol (Ligne A)


Plan
Musée Les Augustins 

Crédits : Franck Alix, Festival international d'art de Toulouse, 2013

Portrait de Jorge Pardo 

Salle des Colonnes, Musée des Augustins, Toulouse
Crédits Photo Franck Alix, 2014, Festival international d'art de Toulouse

JORGE PARDO 

Le Festival international d'art de Toulouse présente un documentaire sur l'artiste Jorge Pardo dans le cadre de son expostion aux Augustins.

Le Festival international d’art de Toulouse remercie les partenaires et mécènes qui se sont associés au projet de Jorge Pardo :
LABORATOIRES PIERRE FABRE
CERAMISOL
APPLICATIONS LASER DU SUD-OUEST
PORCELANOSA
CREATIONS
GALERIES LAFAYETTE
LA BANQUE POPULAIRE OCCITANE
FORAE
DECOCERAM
PAREXLANKO

 

Film produit par La Machine Film

Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse 

(2014)

 

 

© Studio Jorge Pardo

Crédit images Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014.

Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse 

(2014)

 

© Studio Jorge Pardo

Crédit images Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014.

Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse 

(2014)

 

© Studio Jorge Pardo

Crédit images Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014.

Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse 

(2014)

 

© Studio Jorge Pardo

Crédit images Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014.

Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse 

(2014)

 

© Studio Jorge Pardo

Crédit images Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014.

Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse 

(2014)

 

© Studio Jorge Pardo

Crédit images Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014.

Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse 

(2014)

 

© Studio Jorge Pardo

Crédit images Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014.

Le couvent des ermites de Saint Augustin construit au XIIIe siècle devint après la Révolution l’un des premiers musées publics français après le Louvre. Il offre aujourd’hui, grâce en partie aux saisies révolutionnaires et aux prélèvements de Bonaparte et de ses armées en Italie, en Flandre et en Espagne un tableau assez complet de l’art européen depuis la Renaissance. S’y ajoute une série exceptionnelle de chapiteaux et de sculptures romans qui ont échappé à la démolition des divers cloitres de la ville, dont celui de la Daurade. Très remanié autour de 1832 puis en 1873 par Violet Le Duc le couvent originel a presque entièrement disparu.

Jorge Pardo est né à la Havane (Cuba) en 1963.
Il vit et travaille à Merida au Mexique, une ville du Yucatán à proximité de laquelle il a développé, pendant plus de six, le projet  Tecoh, une architecture/sculpture à l’échelle d’un village. Le projet développé à Toulouse s’inscrit dans la lignée de ses interventions au LACMA de Los Angeles en 2008, à la fondation Caixa Forum à Barcelone en 2004 et à la Fondation DIA de New York en 2000. D’autres projets d’envergure ont été réalisés pour la biennale de Liverpool en 2004, pour la Turbinenhalle de Düsseldorf en 2003, pour le K21 de Düsseldorf en 2002 ou pour le Skulptur Projekt à Münster en 97. Son œuvre a fait l’objet de très nombreuses expositions monographiques dans les musées américains et européens.

L’ensemble unique de chapiteaux romans du XIIème siècle conservé par le musée des Augustins est l’un des trésors du patrimoine toulousain. L’artiste américain Jorge Pardo, internationalement reconnu pour son œuvre à la frontière de l’art, du design et de l’architecture, a été invité à repenser la présentation de cette collection exceptionnelle. L’installation restera en place jusqu’à l’édition 2016 du Festival.
 
Tour à tour peintre, designer, architecte ou scénographe, Jorge Pardo est l’artisan d’à peu près tout ce qui l’entoure - meubles, lampes, atelier, maison - et son œuvre colorée semble n’être qu’un prolongement de cette première intention. Depuis une vingtaine d’années, il n’a eu de cesse de remettre en question les catégories et les hiérarchies esthétiques en s’appuyant sur l’ambiguïté d’un système où l’art est méthodiquement désamorcé et le fonctionnel presque toujours déshabilité.
Avec les collections d’art roman du musée des Augustins, comme auparavant avec les collections d’art pré-colombien du musée de Los Angeles ou les œuvres d’art minimal de la fondation La Caixa à Barcelone, c’est l’impossible neutralité du musée que met en exergue le travail de mise en scène de Pardo, révélant à la fois ce qu’il définit comme « un dispositif d’encadrement » et le tissu complexe d’interactions qui le lie aux œuvres. Cette réflexion sur le rôle de l’institution s’ancre dans une histoire de l’art conceptuel écrite par certains des artistes qui furent ses professeurs comme Michael Asher ou Stephen Prina. Mais là où ces derniers se sont efforcés de produire un discours à charge contre l’institution, l’œuvre de Pardo se limite à des déplacements, substitue une question ouverte aux positions politiques de la génération qui le précède. Une question que soulève, par exemple, l’exposition d’un bateau de plaisance redessiné par l’artiste à partir d’un modèle standard (Untitled (Pleasure Boat , 2005) ou plus récemment  en 2014, celle d’une chambre posée comme une grande sculpture oblique (Inert, 2014) au centre de sa galerie New-Yorkaise. Déjà en 1997, alors que le MOCA de Los Angeles décide de lui consacrer une monographie, Pardo convainc l’équipe du musée de délocaliser l’exposition dans une maison dessinée et construite pour l’occasion. Pendant cinq semaines, 4166 Sea View Lane est une sorte de sculpture à parcourir, ouverte aux visiteurs et remplie par les œuvres de l’artiste avant qu’il n’y emménage avec sa famille. Dix ans plus tard au MOCA de Miami, c’est cette fois l’espace domestique qu’il fait entrer au musée, cloisonné en plusieurs zones —  Bedroom, Kitchen , Living room , Dining room  ou Garden  - où cohabitent à la fois lits, étagères, tables, lampes ou banquettes créés par l’artiste et toute une documentation sur son œuvre, imprimée et collée aux murs à la manière d’un papier peint. Autant de projets qui illustrent le travail de nivellement entrepris par l’artiste dans le champ de l’esthétique et sa volonté de contester au musée son pouvoir catégorisant.
 
Le Festival international d’art de Toulouse remercie les partenaires et mécènes qui se sont associés au projet de Jorge Pardo :
 
LABORATOIRES PIERRE FABRE
CERAMISOL
APPLICATIONS LASER DU SUD-OUEST
PORCELANOSA
CREATIONS
GALERIES LAFAYETTE
LA BANQUE POPULAIRE OCCITANE
FORAE
DECOCERAM
PAREXLANKO