DU 23 MAI AU 12 JUILLET

 

Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 19h.

Nocturnes les 23 et 24 mai jusqu'à 22h.

Horaires à partir du 23 juin :

www.lieu-commun.fr

 

23-25, rue d’Armagnac

31500 Toulouse

Tél. 05 61 23 80 57

info@lieu-commun.fr

www.lieu-commun.fr

 

Bus nº 38, 40, 42 (Arrêt Arago)


Plan
Du temps à l'ouvrage 

(2014)

 

Crédits photo Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014

Du temps à l'ouvrage 

(2014)

 

Crédits photo Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014

Du temps à l'ouvrage 

(2014)

 

Crédits photo Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014

Du temps à l'ouvrage 

(2014)

 

Crédits photo Nicolas Brasseur, Festival international d'art de Toulouse 2014

"DU TEMPS A L'OUVRAGE"

Jean Denant est né en 1979 à Sète où il vit et travaille.

Diplômé de l’École Supérieure des beaux-arts de Toulouse (IsdaT) en 2004, son travail est montré régulièrement, dans des expositions collectives et personnelles: à Berlin (Able Gallery) en 2009, au centre d’art contemporain Le Portique du Havre en 2013 et au musée Paul Valéry de Sète en 2014. Il est représenté par la galerie Anne de Villepoix.

L’univers de Jean Denant est à l’évidence urbain, et pas seulement pour les vues d’immeubles qu’il reprend parfois en grands formats. Il l’est au premier regard par les matériaux qu’il utilise : le contreplaqué, le placoplâtre et le polystyrène qui composent ses tableaux sont en effet emblématiques des constructions contemporaines. Ils se trouvent ici détournés de leurs fonctions et usages courants, par un déplacement à l’intérieur de leur registre propre : des feuilles de placoplâtre montées sur leurs rails forment une cloison qui, isolée dans l’espace, devient panneau publicitaire pour un ensemble de logements (In Progress 01, 2011), dont la présentation rompt avec les habitudes – échafaudages bien en évidence et aspect rudimentaire, à l’inverse des simulations numériques utilisées pour promouvoir les programmes immobiliers. Car celles-ci montrent la construction achevée pour inviter le passant à s’y projeter, quand l’artiste explore plus volontiers la ville en chantier, dans ses œuvres protéiformes convoquant peinture, sculpture, installation, photographie et vidéo. Les couleurs avec lesquelles il compose proviennent des matériaux eux-mêmes ; il alterne les effets de coïncidence (le plâtre pour les murs) et d’écart, le polystyrène fournissant le bleu de ses ciels de cartes postales, uniformes et irréels. Parfois, des éléments en aplats sont ajoutés, à la bombe orange fluo ; ce sont tantôt des lignes de construction, tantôt des silhouettes d’objets, escabeaux et pots. Ils rappellent toutes ces indications qui ornent les trottoirs et les murs à l’approche d’un chantier, projections de plans à l’échelle du bâti et de l’espace construit, collision entre l’abstrait et le concret. C’est entre ces deux pôles ou plutôt ces deux temps que se déploie l’œuvre de Jean Denant : entre la conception (les plans et les cartes qu’il reprend souvent) et la construction qu’évoquent les matériaux et l’omniprésence des structures. Entre le chantier et la ruine aussi, ses œuvres, d’où nombre de détails sont gommés, flottant dans ce moment d’indécision où l’on hésite entre un bâtiment neuf inachevé et un bâtiment voué à la destruction. Telle est l’expérience contemporaine des ruines, que Marc Augé a décrite dans Le Temps en ruines. Le rapport au temps y est paradoxal, entre mémoire et prémonition.

L'œuvre "Réminiscence" a été réalisée avec le soutien de la société Sporting Promotion, et le partenariat de À tout sens.